AGENCE RÉFÉRENCEMENT 

Le référencement naturel : Du trafic quantitatif Gratuit et Durable
Aujourd’hui, le référencement naturel fait partie intégrante de la stratégie de communication de votre entreprise sur le Web. Les fondamentaux de l’optimisation du référencement sont In site (structure, balisage, optimisation des contenus etc…). C’est l’un des piliers du Marketing Digital, et le 1er axe du multicanal digital.
Mind Fruits est une agence qui respecte les Google Guidelines.

FONDAMENTAUX DU RÉFÉRENCEMENT

Pensez positionnement de vos pages et non référencement de votre site
 Pensez internaute et non moteur de recherche
 Pensez longue traîne et non tête de traîne
 Pensez à un grand nombre d’expressions plutôt que quelques expressions fortes
 Pensez conversion et non volume de visites
 Pensez long terme

 

Référencement SEO

NOS PRESTATIONS RÉFÉRENCEMENT SE DÉCOUPENT EN 3 PHASES COMPLÉMENTAIRES

Audit Complet et Préconisations

Notre objectif est de vous fournir un audit complet, clair et accessible sans aucune compétence technique qui analysera les forces et les faiblesses de votre site mais aussi de votre stratégie de visibilité.

Découvrir cette prestation

Mise en Production de nos Préconisations Référencement

Nous définissons ensemble le volume horaire mensuel adapté à la mise en place de tout ou partie de nos préconisations : vous nous dites ce que vous souhaitez mettre en place, et nous élaborons le reste des préconisations.

Contactez-nous

Suivi des Résultats

A la suite de nos préconisations, vous pouvez aussi faire le choix de tout mettre en œuvre en interne et juste nous demandez d’en assurer le suivi, et de vous accompagner dans cette démarche.

Contactez-nous

Vous êtes intéressé par nos prestations Agence Référencement  ? Contactez-nous

 

COMPRENDRE… LE REFERENCEMENT

Depuis 2014, le rythme des modifications du fameux « algorithme » de Google s’est fortement accéléré.  Google souhaite en effet que les sites internet se focalisent à 100% sur l’internaute, et rejette désormais l’ensemble des techniques dites « Black Hat SEO », souvent très éloignées d’un marketing de qualité. Après les modifications d’algorithmes très connues (Google Panda ou Google Pingouins), Google a créé Hummingbird (Colibri). Rapide et précis, il prend en compte la sémantique de la requête de l’internaute pour mieux y répondre. La mise en place de Colibri a fait perdre à un grand nombre de sites internet, non pas «  leurs positions » mais – et cela est beaucoup plus important – un volume de trafic conséquent. Les positions, un indicateur sur lequel trop de monde se focalise, n’existe plus vraiment. Il faut aujourd’hui parler de « position moyenne » (comme Google le fait dans l’outil Webmaster Tools développé dans ce chapitre). De plus, les résultats étant aujourd’hui personnalisés et géolocalisés, cette notion de position devient même quasiment individuelle ! Cette modification nous contraint donc à cesser de penser à Google pour enfin nous concentrer sur les internautes, notre trafic, et nos conversions. Acquérir les pratiques adéquates pour bénéficier d’une bonne visibilité sur internet, tout en respectant les « Google Guidelines » actuelles, c’est l’objectif de ce chapitre.

A savoir : certaines personnes voulant toujours contourner ses règles, Google a dû mettre en place des modifications en totale opposition avec ce qu’il recommandait auparavant. Par exemple, les « Exact Match Domain, » c’est-à-dire les noms de domaine incluant la terminologie de l’activité comme www.rachat-de-credit.com, étaient une technique recommandée il y a quelques années. Au vu du business grandissant des noms de domaine, aussi appelé souvent « spamming de domaine » par Google, celui-ci a fait machine arrière, ce qui a causé beaucoup de tort à certains sites internet. D’où l’éclosion des noms de domaine que nous appellons « phonétique » ex : http://www.mirakl.fr)

L’Algorithme de Google : le socle du référencement

Google est un moteur de recherche, pas un annuaire. Il indexe automatiquement les pages des sites web en fonction d’un algorithme (formule mathématique complexe).Cette formule comporte plus de 200 critères, tous étant reliés les uns aux autres et possédant un certain degré d’importance. Les critères sont répartis en trois blocs. Les plus importants seront détaillés dans ce chapitre, mais voici déjà un aperçu :

Critères Techniques : Site en HTML, balisage des pages (H1, H2, H3…), une seule Balise Title par page modifiable,  Age du site, Vitesse de chargement, Distance du serveur/internaute,…

Critères de Contenu : Contenu unique à forte valeur ajoutée, une thématique unique par page, un contenu balisé (Title, H1, H2…) optimisé, des balises meta description différentes sur chaque page, un linking interne construit pour accompagner l’internaute,…

Critères de Notoriété : Linking externe hyper qualitatif (et donc en aucun cas une stratégie de linking en volume), une vraie notoriété Social Media avec une forte activité sur les réseaux sociaux, un compte Google Plus actif et puissant,…

Comme vous le verrez au cours de ce chapitre, Google a simplifié notre travail de référencement en nous obligeant à nous focaliser sur l’internaute, au lieu de perdre du temps à chercher des nouvelles techniques de référenceur. Vous pourrez trouver sur internet l’ensemble de ces critères, très souvent présentés sous forme d’infographies SEO.Nous pourrions comparer cet algorithme à une gigantesque recette de cuisine : tout le monde connaît les ingrédients mais personne ne connaît le dosage exact. Comme en cuisine, une pincée de sel en trop et le plat peut devenir indigeste

L’évolution permanente de l’algorithme : une veille nécéssaire pour l’agence

L’algorithme de Google évolue en permanence. Toutes ses modifications – plus 500 par an au total – sont publiées chaque mois. Certaines portent même désormais des noms sympathiques d’animaux au pelage noir et blanc (Panda, Pingouin).

Pourquoi ces couleurs ? Elles font référence à ce que nous appelons le White Hat SEO, c’est-à-dire les techniques de référencement approuvées par Google et présentées dans les Google Guidelines. Elles s’opposent au Black Hat SEO, ou les techniques utilisées par de nombreuses sociétés de référencement mais proscrites par Google, comme l’achat de liens, le linking automatisé par des logiciels de création de liens, etc.).Les évolutions de l’algorithme n’ont qu’un seul objectif : optimiser la pertinence des résultats de recherche pour les internautes et contrer les mauvaises pratiques de nombreux référenceurs.

Au départ, le crawl : Le crawl est effectué par des logiciels (Robots Spiders) qui parcourent le web puis indexent automatiquement les pages visitées, donc celles de votre site Internet. Les « Spiders » passent de façon régulière sur vos pages (vous pouvez contrôler les dates de passage en utilisant « une requête cache » comme nous le verrons par la suite). Attention, le temps de « crawl » des pages de votre site est limité, d’où l’importance d’avoir une interface ergonomique avec un temps de chargement des pages optimisé.

Puis, tout est indexé  : Google indexe non seulement ce qui apparaît de premier abord sur votre site, mais également son code HTML. Autrement dit, il enregistre pratiquement tout : le texte, la mise en forme, la couleur,… En revanche, il ne peut pas encore indexer le contenu réel d’une image.

Et enfin, Google positionne vos pages : En fonction de son algorithme (trois leviers fondamentaux, découpés en 200 critères, chacun découpé en une multitude de sous-critères), Google positionne chacune de vos pages pour une multitude de requêtes.

Nos conseils en tant qu’agence experte en référencement

  1. Pensez positionnement de vos pages et non référencement de votre site

C’est la base : ne jamais oublier que Google ne positionne pas les sites Internet mais les pages des sites Internet. De ce fait, vous pouvez disposer de pages extrêmement bien positionnées sur des expressions fortes alors que d’autres pages ne le seront pas du tout. Chaque page doit être pensée comme un mini-site capable de se positionner sur certaines expressions.

  1. Pensez internaute et non moteur

Ne vous focalisez pas sur le référencement car ce n’est pas Google qui achète vos produits mais bien les internautes ! Plus votre site sera optimisé pour simplifier et accompagner l’internaute, meilleur sera votre référencement. Il est d’ailleurs essentiel de maîtriser le vocabulaire utilisé par ceux-ci sur votre thématique.Prenons un exemple : la requête « pas cher », très à la mode, est utilisée dans de nombreux secteurs. Si la requête « voyage pas cher » est attendue, « crédit pas cher » l’est moins. Il est à supposer dans ce dernier cas que l’internaute recherche un crédit à taux faible ; ce qu’il faut savoir, c’est qu’en cherchant « crédit pas cher », Google propose des pages dans lesquelles il a trouvé l’expression « crédit pas cher ». Or il ne sait pas encore interpréter cette expression comme « je cherche une entreprise proposant des taux d’intérêt faibles »).Comprenez que la majorité des internautes qui posent une question dans la barre de recherche de Google s’attendent à obtenir la réponse dans les résultats de Google alors que celui-ci se contente de chercher la question !

  1. Pensez longue traîne et non tête de traîne

La requête moyenne des internautes comprend quatre mots : c’est ce que l’on appelle la longue traîne. Exemples :

  • Une requête tête de traîne : Crédit immobilier.
  • Une requête longue traîne : Crédit immobilier sur 20 ans.

Il est bien sûr beaucoup plus simple de se positionner sur une multitude de requêtes longue traîne souvent moins concurrentielles que sur des requêtes tête de traîne qui sont souvent trop concurrentielles. Assez logiquement, nous constatons que les expressions longue traîne sont souvent plus efficaces en ce qui concerne les conversions.

Exemple :

  • Un internaute tape la requête « Fred Perry » : il obtient 51 400 000 résultats. Cela signifie sans doute qu’il recherche des informations globale sur la marque Fred Perry, sur les vêtements de cette marque, etc.
  • Un autre internaute saisit la requête « Polo Fred Perry », en apparence précise, et obtient pourtant encore 16 000 000 de pages de résultats. Cela témoigne que l’internaute est en phase de recherche d’informations encore relativement générales.
  • Si cet internaute tape « Polo Fred Perry liseré tricolore », cette requête ne donnera que 2 600 pages de résultats.

Cela démontre qu’il sait exactement ce qu’il cherche et qu’il est certainement dans une phase de pré-achat (il ne lui manque par exemple que l’information prix).

  • À votre avis, est-il plus facile de se positionner sur 51 millions de pages ou sur 2 600 ?
  • Par ailleurs, de nos deux internautes, lequel est le plus proche de sa décision d’achat ?

Google a fortement insisté sur ce point en 2014, en rappelant notamment qu’il était plus simple de travailler ce type de référencement mais aussi parce que l’objectif de Google est de se rapprocher au maximum des recherches types des internautes ; et celles-ci sont en majorité des longues traines. A ce sujet, Google a fait remarquer en 2014 que moins de 5% des requêtes recherchées chaque année par les internautes faisaient partie des expressions clés choisies en Google Adwords. Nous pouvons supposer qu’il en est de même en référencement naturel.

  1. Ne pensez plus Position, mais Position Moyenne

Comme nous l’avons évoqué plus haut, l’algorithme de Google subit de très fortes évolutions chaque mois, ce qui rend obligatoirement les stratégies de référencement plus aléatoire. En outre, il n’existe plus réellement de position puisque les résultats de recherche dépendent aujourd’hui de l’historique et des cookies présents sur chaque ordinateur, de sa localisation géographique, etc. Et ce n’est qu’un début puisque Google voudrait à termes, personnaliser les résultats à l’extrême, notamment par l’usage d’une de ses dernières applications, Google Now, sur laquelle nous reviendrons chapitre.C’est pour cela qu’aujourd’hui, dans les Outils pour Webmasters (par exemple, Webmaster Tools), nous avons accès à nos positions… moyenne ! Privilégiez un grand nombre d’expressions à quelques expressions fortesChaque site Internet peut être indexé sur des millions d’expressions et non pas sur quelques dizaines comme le pense une majorité de propriétaires de sites.

Prenons un exemple simple : imaginons que nous disposons d’un site d’une page comprenant 100 mots. En théorie, Google indexera le site sur :

  • Chacun des 100 mots
  • + 100 x 100 combinaisons de 2 mots
  • + 100 x 100 x 100 combinaisons de 3 mots

Et ainsi de suite. En nous arrêtons là, nous obtenons un potentiel supérieur à 1 million d’expressions sur lesquelles notre page est indexée par Google. Mais attention ! Indexée ne signifie pas positionnée, d’autant plus que nombre de ces requêtes n’auraient aucune signification sémantique. Ne vous focalisez donc pas sur des expressions courtes inaccessibles, mais plutôt sur des expressions un peu plus longues, moins concurrentielles et souvent plus efficaces (nous verrons dans la suite de ce chapitre comment les identifier).

Rappelez-vous : chaque internaute cherche d’une manière différente ou presque ! Quand nous disposions de toutes les expressions clés des internautes dans Google Analytics (avant que Google pratique le « not provided »), nous constations souvent que pour 10 000 visiteurs sur un site internet en provenance de Google, nous avions près de 5000 expressions différentes, soit une moyenne de 1 expression pour 2 visiteurs.

  1. Pensez conversion et non volume de visites

A l’exception des sites d’information, le but n’est pas d’augmenter son nombre de visiteurs, mais bien de développer sa base de prospects/clients. Le défi est donc double : il faut d’une part, bien sûr, attirer le visiteur et d’autre part,- c’est le plus important- le faire rester ou revenir sur votre site ! Trop souvent, les sites qui ont « sur-optimisé » leur référencement perdent l’internaute dès son entrée. Citons pour exemple le site internet d’un petit hôtel dont Google avait indexé les 2 600 pages parce que leur agence leur avait fourni un outil de gestion de contenu (CMS) capable de générer des milliers de pages avec 3 lignes de contenus créées automatiquement ainsi que des centaines de liens internes qui ont fait fuit les internautes !

  1. Pensez long terme

Même si les moteurs de recherche sont aujourd’hui très réactifs (quelques minutes suffisent pour certains sites à être visibles dans les résultats), il faut travailler un positionnement durable et chercher constamment à l’améliorer. N’oubliez pas que vos concurrents travaillent eux-aussi sur le référencement de leur site. Quand vous baissez dans les résultats, ce n’est pas toujours de votre ressort, c’est peut-être eux qui sont montés… Et inversement.

ILS NOUS FONT CONFIANCE… POURQUOI PAS VOUS ?

 

NOUS GÉRONS VOTRE RÉFÉRENCEMENT SEO… MAIS PAS QUE !